Toute l'actualité sur la Bosnie-Herzégovine

Accueil > Agenda > Exposition | Tu crois que la terre est chose morte | Florence (...)

Exposition | Tu crois que la terre est chose morte | Florence Lazar

samedi 23 mars 2019 par BH Info   Partagez sur FacebookTwittez cette information

Du 12 février au 2 juin 2019 au Musée parisien Jeu de Paume, l’exposition « Tu crois que la terre est chose morte » présente l’oeuvre de Florence Lazar, ses photographies, ses vidéos « Les Paysans », tourné en 2000 en Serbie, « Les Femmes en Noir » et leurs veillées hebdomadaire en Serbie, au Monténégro, en Bosnie-Herzégovine, au Kosovo, ainsi que le documentaire « Les Pierres », sorti en 2014 et filmé à Trebinje et à Visegrad expliquant diverses tentatives de réécriture de l’histoire afin de renforcer des prétentions hégémoniques serbes sur la région.

Au cours des années 1990, Florence Lazar (née en 1966 à Paris) travaille principalement le genre du portrait photographique avant d’intégrer, à la fin de la décennie, la vidéo à sa pratique. Le choix de ce nouveau médium s’inscrit dans son désir de répondre en tant qu’artiste à la crise qui déchire alors la Yougoslavie. Du fait des liens familiaux et sociaux qui la rattachent au territoire yougoslave, elle a suivi de près le conflit depuis son déclenchement dix ans plutôt.

L’œuvre la plus ancienne de l’exposition, Les Paysans (2000), fait partie d’un cycle de vidéos et films documentaires portant sur la responsabilité individuelle et collective face au conflit yougoslave. Le documentaire occupe une place de premier plan dans la démarche de Florence Lazar depuis cette époque. Ce cycle culmine en 2014 avec son troisième long-métrage, Kamen (Les Pierres), également présenté ici. Le film met au jour des tentatives – sur les plans religieux et culturels – de réécrire le passé dans le but de renforcer le déni de responsabilité plutôt que de le combattre.

En 2008, elle renoue avec son travail antérieur sur le portrait en réinvestissant de façon novatrice la photographie documentaire. La série d’images qui en résulte montre des supports imprimés liés à l’itinéraire politique de son père. Le fils de l’artiste y joue à la fois le rôle de modèle et de lien entre les générations, comme dans la vidéo Confessions d’un jeune militant, où il assiste son grand-père dans la présentation des ouvrages qui ont marqué sa formation intellectuelle.

En passant d’une des principales sources de la formation de soi à une autre – de la famille à l’école –, Florence Lazar produit un ambitieux ensemble de trente-cinq photographies inauguré en 2016 dans le cadre de la commande du 1 % artistique pour le collège Aimé-Césaire, dans le 18e arrondissement de Paris. Hommage à la célèbre figure éponyme de l’établissement, l’œuvre réalisée en étroite collaboration avec les élèves fait valoir qu’une approche objective du passé colonial français, loin de perpétuer les clivages sociaux et raciaux ou une culpabilité nationale, peut conduire à une reconnaissance commune de l’histoire.

Co-produite par le Jeu de Paume et montrée ici pour la première fois, 125 hectares (2019), l’œuvre la plus récente de l’artiste, revient au thème pastoral introduit par Les Paysans. Elle s’inscrit dans une enquête entamée en Martinique, terre natale de Césaire, sur les conséquences écologiques et sanitaires à long terme de la chlordécone, insecticide cancérigène utilisé pendant plus de vingt ans dans les bananeraies de l’île. Tiré de la pièce Une tempête de Césaire – adaptation post-coloniale de La Tempête de Shakespeare –, le titre de l’exposition évoque non seulement les ravages écologiques du colonialisme, mais également les potentialités émancipatrices de l’histoire.
Sandra Cattini et Dean Inkster

RENDEZ-VOUS

vendredi 29 mars, 18 h 30
projection du film Les Bosquets (2010, 47 min) de
Florence Lazar suivie d’une discussion avec Giovanna Zapperi, historienne de l’art, et de Sandra Parvu, maîtresse de conférences à l’ENSA Paris-Val de Seine

mardi 23 et mercredi 24 avril, 14h 30-17 h 30
12-15ans.jdp : deux après-midi consécutifs de stage dédiés aux 12-15 ans à l’occasion des vacances scolaires pour produire, transformer et partager des images dans le cadre des expositions de Luigi Ghirri et de Florence Lazar

mardi 30 avril, 18 h
projection de Prvi deo [Première partie] (2006, 86 min) de Florence Lazar et Raphaël Grisey, suivie d’une discussion avec Joël Hubrecht, chargé de mission à l’Institut des hautes études sur la Justice et Florence Hartmann, journaliste et essayiste, ancienne porteparole et conseillère Balkans auprès du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (dans le cadre des mardis jeunes)


INFORMATIONS PRATIQUES
1, place de la Concorde · 75008 Paris
+33 1 47 03 12 50
mardi (nocturne) : 11h-21h
mercredi-dimanche : 11h-19h
fermeture le lundi et le 1er mai

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.