Toute l'actualité sur la Bosnie-Herzégovine

Accueil > Idées > Editorial > Sarajevo à l’ENA ? Nomen est omen. Nom est présage

Sarajevo à l’ENA ? Nomen est omen. Nom est présage

samedi 24 décembre 2016 par Suada Tozo  |  3 Partagez sur FacebookTwittez cette information

Armand vient de réussir ses examens d’entrée à l’ENA. Déjà on le taquine en l’appelant ’Monsieur le Président’. Fondée en 1945 par Général de Gaulle, l’Ecole nationale d’administration a pour mission de former des hauts fonctionnaires, nationaux, européens et étrangers. Selon une tradition qui remonte à la création de l’École, chaque année, avant le début de leur scolarité, ses élèves choisissent librement, par vote, lors d’un séminaire d’intégration, le nom de leur promotion.

J’ai fait connaissance d’Armand en Bosnie il y a environ dix ans. A l’époque, avec deux de ses amis qui comme lui à peine majeurs, munis de fausses cartes Interrail, presque sans bagages, étaient partis de Paris à la recherche de l’aventure. Après un périple à travers plusieurs pays européens dont la Croatie, où par ailleurs l’un d’eux s’était fait tabasser dans une boite de nuit - apparemment sans raison valable - ils avaient atterri chez nous à Gorazde. Malgré la rusticité de notre maison de campagne, le trio était ravis d’avoir un toit au-dessus de tête, de passer des nuits tranquilles dans de vrais lits, de fréquenter des gens plutôt bienveillants.

Depuis, Armand a fait de nombreux voyages dans le monde entier. Il est aussi devenu l’un des meilleurs copains de ma fille. Avec elle et d’autres jeunes gens, ils sont retournés à Sarajevo pour aider à organiser les événements d’un festival et ont assisté à des festivités autour du centenaire du début de la Première guerre mondiale. Depuis, c’est devenu presque une tradition : la même bande se réunit à Sarajevo tous les ans pour y passer ensemble une dizaine de jours.

Dès qu’il a appris la nouvelle de son admission à l’ENA, Armand a déclaré qu’il voulait proposer Sarajevo comme nom de sa promotion. En janvier 2017, lui et d’autres étudiants admis à l’ENA se rassembleront pour choisir le nom de leur promotion. Les débats et les plaidoieries se dérouleront au cours d’une nuit. Le lendemain, un bref communiqué officialisera leur décision.

Nomen est omen, le nom est présage. L’auteur de ce proverbe est un dramaturge romain qui s’appelle Plaute. Dans sa pièce de théatre intitulée ’Persa’, un personnage, l’esclave Toxilus fait le maximum afin de persuader son maître Dordalus d’acquérir une jeune esclave malgré son prix exorbitant. La jeune fille s’appelle Pulchris, ce qui veut dire ’profits’. L’esclave Toxilus soutiens que le nom et le présage n’ont pas de prix “Nōmen atque ōmen quantīvīs iam est pretī”

Cette citation a traversé le Temps et est parvenue jusqu’à notre époque. Aujourd’hui, on la connait sous une forme ramassée, simplifiée de ’nomen est omen, le nom est présage’. Ses définitions et interprétations sont nombreuses. Suivant les langues et les cultures, on la traduit et on la comprend différement. Des anglophones et des hispanophones la réduisent à, respectivement “The name says it all’’, ou ’’ El nombre lo dice todo’’.

Notre époque qui privilégie les objets, le matériel perçoit surtout l’importance d’un nom pour des besoins de vente et de marketing. La dimension magique et évocatrice que possède un nom, sa capacité d’influencer, de conjurer le destin de quelqu’un n’est plus tellement prise au sérieux.

Mais revenons à nos moutons : Quel profit ou profits pourraient apporter le nom Sarajevo à la promotion d’Armand ?

Des promotions précédentes ont brandi des noms de philosophes des Lumières (Voltaire, Montesquieu, Diderot, Rousseau), des noms d’écrivains tels Albert Camus, Jean de la Fontaine ’pour sa liberté de ton et sa clairvoyance”, de George Orwel car “il appelle à la préservation des libertés”, d’hommes d’Etat comme Churchill pour ’’son courage, ses qualités de stratège de la Seconde guerre mondiale, des scientifiques comme Marie Curie car "elle incarnait l’idéal républicain de mérite et la confiance dans le progrès’’, des résistants tel Jean Moulin, etc. Quelques promotions ont choisi de porter les noms d’un grand concept, d’une date significative ou d’un slogan célèbre (Droits de l’homme, Dix-huit juin, liberté-égalité-fraternité.

C’est la promotion de l’ENA de 1974, qui a choisi de s’appeler Guernica, qui m’a intriguée car c’est le seul nom dépourvue d’une dimension ’glamour’ et sans l’idée d’engranger des ’profits’ quels qu’ils soient. Mais, se pourrait-il que la promotion de 1974 ait avant tout élu le célèbre tableau de Picasso intitulé Guernica et non pas la ville de Guernica qui a souffert effroyablement car elle était sauvagement bombardée lors de la guerre d’Espagne par les nazis allemands et les fascistes italiens.

La proposition d’Armand d’attribuer le nom de la ville de Sarajevo à sa promotion aurait peut-être une chance d’être acceptée si un peintre célébre - et très bien côté sur le marché de l’art !- fait un tableau éponyme.

Autrement, mon cher ami, c’est mission impossible !


par Suada Tozo

Vos réactions

  • Dobar dan Suada.
    Je pense qu’Armand a plus de chance de faire donner le nom de Sarajevo a sa promotion que vous ne le pensez. En effet Guernica est bien l’oeuvre de Picasso mais aussi la ville martyre comme vous le dîtes.
    Les bombardements sur Sarajevo ont été beaucoup plus médiatisés de 1992 à 1995 que ne le furent ceux sur Guernica. Cela n’empêcha pas pour autant la souffrance des populations civiles durant ces deux guerres.
    Mais je pense que les images de Sarajevo assiégée ont eut un impact plus fort sur les populations de l’Europe de l’Ouest que le cas de Guernica pour la simple et bonne raison que la ville de Guernica ne fût pas assiégée durant 3 longues années.
    C’est peut-être cela qui fera la différence et pourra faire basculer le vote en faveur du nom de Sarajevo pour la promotion 2017 de l’ENA.
    Croisons les doigts !
    Donc courage et optimisme pour Armand.
    Dovidjenja.

    Ronan.

    • Bonjour Ronan,
      Merci pour ton commentaire. La promotion d’Armand est celle du 21e siècle à peine née lors du siège de Sarajevo et qui a entendu le nom de la ville qu’en cours d’histoire à propos de l’assassinat d’un certain archiduc austro-hongrois au début du 20e siècle. Les bombardements de la ville de Guernica se sont produits en 1937 et c’est ’normal’ qui n’ont pas pu être couverts que par une poignée de journalistes à l’époque je crois c’était uniquement presse écrite et la radio. C’est le tableau de Picasso qui a servi comme caisse de résonance pour dénoncer toute cette violence, et c’est tant mieux. Il faudrait qu’Armand défende son choix en insistant sur les facettes positives de Sarajevo : multiculturalisme, refus de haine et absence de sentiment de vengeance, carrefour Orient-Occident, Jeux Olympiques d’Hiver de 1984, ses joueurs de foot (Dzeko, Pjanic,) etc. etc.
      Croisons les doigts mais aussi soyons réalistes ! Bien cordialement, Suada

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Profit pour les générations futures qui voudront « vivre ensemble » plutôt que de continuer à glisser depuis plusieurs décennies vers les « identités dangereuses » qui nous mènent au gouffre.
    Bonne chance à Armand

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Actualisé le 16/06/2017 Connexion S'abonner Boutique en ligne BIH
Suivez-nous Flux RSS Abonnement newsletter Suivez nos tweets Suivez-nous sur Facebook

Agenda

Idées

Miss Bosnie d’Australie 1999

A la veille de l'élection présidentielle en France, j'ai envie de vous raconter l'histoire de deux publications issues de la diaspora bosnienne. Le premier est publié à Melbourne en 1999 et retrace l'historique de l'émigration de Bosnie-Herzégovine (...)