Toute l'actualité sur la Bosnie-Herzégovine

Accueil > Dossiers > Herceg-Bosna | Echec d’un projet criminel > Slobodan Praljak | Artiste et criminel de guerre

Slobodan Praljak | Artiste et criminel de guerre

jeudi 30 novembre 2017 par Zehra Sikias  |  2 Partagez sur FacebookTwittez cette information

La Croatie, convaincue d’avoir mené une guerre de défense, y compris en Bosnie-Herzégovine, se réveille sous le choc après le verdict de la justice internationale et le suicide en pleine audience de l’un de ses héros de la guerre : le général Slobodan Praljak. Un homme à plusieurs visages.

« Praljak n’est pas un criminel. Je rejette avec indignation votre verdict », s’écria-t-il avant de s’empoisonner devant les caméras du monde entier et en pleine audience du tout dernier jugement prononcé par le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie. Il décédera à l’hôpital de la Haye, peu de temps après, à l’âge de 72 ans.

Après avoir confirmé le verdict de 20 ans de prison pour crimes de guerre à Praljak, les juges sidérés vont mettre plusieurs minutes pour comprendre ce qui se passe. Des protestations et des insultes proférés par des dizaines de criminels de guerre qu’ils ont jugés, ils connaissent mais jamais ils n’ont encore vu l’un d’entre d’eux avaler du poison devant eux, au moment de son verdict. La responsabilité de cette bavure inouïe incombe au tribunal et crée un véritable scandale. Toutefois, la portée la plus grave de cet acte est le fait que désormais celui qui est reconnu coupable de tant de crimes et de malheurs sera perçu comme un martyre, un nouveau saint selon certains.

Né à Capljina en Herzégovine, partie sud de la Bosnie-Herzégovine, Praljak est un ingénieur en électrotechnique également diplômé de facultés de philosophie et d’art dramatique. De sa vie civile de metteur en scène, on se rappelle de l’homme sympathique, honnête, compétant. Fils d’un partisan de Tito, qui a lutté avec acharnement contre le mouvement oustachi en Herzégovine d’où est originaire le chef de la Croatie oustachie Ante Pavelic, Slobodan Praljak, la guerre venue, devient en seulement quelques mois un haut gradé militaire, engagé en Croatie et surtout en Bosnie où il est aux commandes du HVO, le Conseil croate de défense.

Lorsque la guerre entre les Croates et les Bosniaques éclatent en Herzégovine, Slobodan Praljak participe activement dans la création de l’Herceg-Bosna, une « république croate » autoproclamée qui entreprend de chasser les Bosniaques, de procéder à l’épuration ethnique, aux massacres et viols et au blocage de l’aide humanitaire et de détruire un grand nombre de mosquées et de monuments du patrimoine bosniaque, en particulier en novembre 1993 le Vieux pont ottoman de Mostar datant du 16e siècle. Pour Slobodan Praljak, un homme de culture qui a exercé le métier de metteur en scène avant la guerre, ce pont symbole, classé au patrimoine de l’Unesco, est « juste un vieux pont », comme il dira en 2004.

En Herceg-Bosna, des centres de détention des Bosniaques tels que Heliodrom, Kostana bolnica ou Dretelj instaurent des conditions inhumaines et rappellent les images des camps de concentration nazis. Des centaines de détenus bosniaques, affamés et torturés, s’entassent dans des hangars sous une chaleur de plomb. Parmi eux, de nombreux sont ceux qui ont combattu avec le HVO contre l’agression des Serbes. Ces camps là sont eux aussi directement liés au nom de Slobodan Praljak, l’homme qui a personnellement signé l’autorisation de visite de Dretelj à Ed Vulliamy, journaliste de The Gardian en septembre 1993.

Vos réactions

  • Son acte est clairement du fanatisme, un refus total à l’instar de la plupart des criminels Serbes et Bosno-serbes, de reconnaître les faits et leur culpabilité.
    Il est vrai que dans la première partie de sa carrière militaire, il a organisé une résistance contre l’agression perpétrée par les forces serbes (sous la bannière usurpée d’Armée yougoslave). Mais il n’est sans doute pas étranger à des arrangements avec l’agresseur, ceci au détriment des Bosniaques, comme par exemple l’échange de territoires qui a permis au HVO de contrôler Stolac et de détruire, sur ordre de Franjo Tudjman, tout le patrimoine bâti de l’époque ottomane et d’enfermer les Bosniaques dans d’atroces camps.
    Ce même mépris, incompréhensible de la part d’un homme qui se prévalait de culture, s’est illustré dans la destruction du vieux pont de Mostar. Comment des hommes, fils de résistants antinazis peuvent-ils basculer dans le fascisme ?
    La ville de Mostar, côté bosniaque, reste encore profondément meurtrie par les nombreuses pertes humaines et destructions, alors que la ville côté Bosno-croate n’a pas trop souffert ; mais reste très banale, loin de la beauté retrouvée de la vieille ville bosniaque, en été débordée de touristes. Seul point commun : la population souffre des deux côtés de pratiques mafieuses.
    Il ne faut pas oublier que François Mitterand a été l’un des manipulateurs qui ont provoqué en 1993 la rupture entre Croates et Bosniaques, ceci en faveur de Milosevic. C’est lui qui a présenté à Franjo Tudjman des plans de partage ethnique de l’Herzégovine en faveur des Croates en vue de « négociations », sans bien sûr en informer la présidence de la République de Bosnie-Herzégovine. .

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le suicide SPECTACULAIRE de M. Praljac amène à réfléchir : est-ce un SACRIFICE admirable ? (quand j’étais jeune, on m’a appris à admirer de tels comportements chez des « martyrs » chrétiens dans l’antiquité) ; ou est-ce la marque d’un FANATISME qui pourrait faire peur ?

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.