Toute l'actualité sur la Bosnie-Herzégovine

Accueil > International > Union Européenne > Sommet de Berlin : Paris souhaite se réengager dans les Balkans

Sommet de Berlin : Paris souhaite se réengager dans les Balkans

lundi 6 mai 2019 par BH Info  |  1 Partagez sur FacebookTwittez cette information

Organisé par la Chancelière allemande Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron, le sommet des Balkans à Berlin a réuni le 29 avril dernier l’ensemble des dirigeants des pays des Balkans occidentaux autour de la question de la stabilité de la région. L’occasion pour Paris de présenter sa nouvelle stratégie de réengagement dans les Balkans.


Reengagement de la France dans les Balkans

« Ce que nous avons voulu, c’est pouvoir dans un cadre informel réunir les pays des Balkans occidentaux et avoir une discussion ouverte sur les cas les plus sensibles et plus largement sur la stabilité de la région parce que nous considérons que c’est au premier chef une affaire européenne. Il y a beaucoup de partenaires concernés mais c’est aussi de facto notre stabilité qui en dépend », a indiqué Emmanuel Macron dans son discours.

Très engagée dans les années 1990, la France a durant le sommet affirmé sa volonté de lancer une nouvelle stratégie de réengagement dans les Balkans. Dans ce contexte, la France compte intensifier ses relations politiques dans les Balkans avec une visite officielle d’Emmanuel Macron en Serbie en juillet prochain et une visite du ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères en Albanie et au Kosovo cette année.

Agence française de développement dans les Balkans

En matière de coopération bilatérale, la France souhaite renforcer sa présence dans le domaine du développement économique et social par l’intervention de l’Agence française de développement (AFD). Un accord intergouvernemental a déjà été signé avec la Serbie, le 25 février dernier. Les cinq autres accords sont en cours de négociation. L’AFD appuiera l’intégration régionale des pays des Balkans occidentaux pour soutenir leur développement et leur stabilisation. Elle appuiera les transitions vers des trajectoires de développement durable, en priorité la transition énergétique et écologique ainsi que la transition territoriale, domaines dans lesquels l’AFD pourra valoriser à la fois son expérience et l’expertise française, tout en contribuant aux objectifs climats fixés par les autorités françaises. L’AFD portera également des projets dans le domaine de l’égalité femmes/hommes et soutiendra la réconciliation et la jeunesse au travers de l’Office régional de coopération pour la jeunesse (RYCO) des Balkans occidentaux, conçu sur le modèle de l’office franco-allemand pour la jeunesse OFAJ. L’aide annuelle apportée par l’AFD, initialement 100 à 150 millions d’euro, servira de levier aux financements des autres bailleurs, en particulier la KfW allemande avec laquelle elle coopère étroitement, dit-on dans un communiqué de la Présidence française.

En matière de sécurité, les priorités de la France sont la lutte contre les trafics illicites d’armes légères et de petit calibre, le renforcement de la coopération bilatérale, notamment la mise en place d’unités permanentes de renseignement criminel (UPRC) ; la lutte contre le terrorisme et la radicalisation avec un soutien à la mise en place de plateformes de signalement de contenus illicites sur internet et le renforcement du dispositif de coopération opérationnelle sur les questions de sécurité intérieure.

Le troisième volet de la nouvelle stratégie française dans les Balkans concerne la justice avec les mesures suivante : poursuite de la coopération technique en matière de lutte contre le trafic de stupéfiants, d’armes et la traite des êtres humains, et de lutte contre la criminalité organisée et la corruption ; mise en place de nouvelles coopérations en matière de criminalité financière et économique, de lutte contre les trafics de biens culturels et d’espèces protégées, qui peuvent également constituer des sources de financement du terrorisme et constitution d’équipes communes d’enquête avec tous les pays de la région.

Enfin en matière de défense, la France qui a pris le commandement de l’opération EUFOR - Althéa le 27 mars dernier en Bosnie-Herzégovine (le général de division Olivier Rittimann) souhaite intensifier des échanges avec les pays de la région (dialogues politico-stratégiques, visites d’autorités militaires) ; accroître son offre de formations d’officiers des pays des Balkans occidentaux dans les écoles françaises de formation et de ressortissants de ces Etats à l’Institut des hautes études de la Défense nationale (IHEDN) et soutenir l’engagement des pays des Balkans occidentaux dans des opérations extérieures à ses côtés.

Dialogue Pristina-Belgrade au point mort

Relancer le dialogue entre la Serbie et le Kosovo, telle était la première priorité de ce sommet : « Nous n’avons pas l’intention de prescrire une solution à Belgrade et Pristina mais bien la volonté de regarder d’abord toutes les options possibles, d’essayer de dépassionner le débat et de permettre d’avancer sans tabous et sans qu’il y ait de crispations régionales qui ne naissent de quelque solution que ce soit. Mais la responsabilité, que nous avons tous, est de travailler ensemble pour que les deux parties reprennent le dialogue », a expliqué Emmanuel Macron.

Toutefois, toute tentative pour rétablir le dialogue entre Belgrade et Pristina s’est soldé par un échec. Pour Belgrade, il n’était pas question de dialoguer tant que Pristina maintenait les taxes d’importation sur les produits serbes de l’ordre de 100% imposées en représailles à la Serbie pour avoir bloqué l’adhésion du Kosovo à l’Interpol.

Vos réactions

  • Pas trop tard !?
    Enfin,...!!!!! Ai je envie de dire.
    Pour ma part, cela fait plus de 10 ans que j’attends ca.
    Wllant depuis 2009 avec des professionnels Bosniens, Croates, Macédoniens,.... je désespérais de voir l’absence de notre pays ... au profit des influences ( jamais gratuites et sans arrière pensées ) Russes, US, Turques, ... et autres « investisseurs » du Moyen Orient.
    La Bosnie-Herzégovine était redevenu le « trou noir » de la diplomatie catastrophique Mittérandienne et de ses successeurs. Emmanuel Macron renverse t’il encore la table sur ce point ? Et ces bonnes intentions seront elles suivies véritablement d’effets à travers les administrations Francaises comme l’AFD et d’autres. L’Histoire nous le dira.
    Je ne peux toutefois m’empêcher d’émettre des doutes sur le timing et, n’en déplaise, de faire la Cassandre
    Pas trop tard ? ... Mes visites régulières sur le terrain me laissent d’année en année de plus en plus septique et perplexe sur la viabilité d’un état Bosnien en l’état.
    Entre, au pire, ses tentations (et tentatives « nationalistes » qui n’ont en fait jamais cessées depuis la fin du conflit) d’éclatement et de rattachement aux Croatie et Serbie voisines (qui entérineraient de facto les politiques de purification ethnique passées , ou pourquoi pas le glissement progressif vers une Confédération, qui serait peut être ...un moindre mal !?
    Mais je me trompe peut être. J’espère.

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.